Première formation de formateurs : le jeu de la survie

03.04.2020

Les membres du réseau des organismes de formation référencés Format Dialogue bénéficient régulièrement de sessions de formations de formateurs animées par des experts d’un jeu pédagogique spécifique, méconnu, difficile à animer ou à débriefer.

L’apport de cette séance permet aux formateurs présents de mieux comprendre les consignes, de mieux se saisir des outils à disposition, de découvrir des aspects encore méconnus de l’exercice, d’adapter l’exercice au profil des participants et à leur expérience, d’apprendre à observer les participants, des astuces d’organisation et d’animation et de maîtriser l’étape essentielle qu’est le débriefing.

La session d’octobre 2019 a réuni une dizaine de formateurs professionnels autour d’un expert du jeu de la survie en milieu extrême, Benoît Fédry. Il explique le déroulement et les enjeux de cet exercice de démonstration de la puissance de l’intelligence collective.

Retrouvez les témoignages des participants.

 

Benoît Fédry présente le jeu et son objectif.

 

1.       Benoît Fédry, qui êtes-vous ?

Je suis formateur et consultant indépendant. J'exerce depuis 12 ans ce métier qui consiste à accompagner les agents managers dans l'évolution de leurs pratiques managériales. Je travaille pour des administrations publiques et les collectivités territoriales principalement.Je réalise également des coachings collectifs pour travailler sur la notion de coopération et d'intelligence collective. Je travaille également sur la notion d'intelligence émotionnelle et de résilience en accompagnant les agents (managers ou non) dans les transformations contextuelles.

 

2.       Qu’est-ce que le test de survie : son objectif, ses étapes ?

Le test de survie a été créé pour permettre une observation des comportements humains en situation. La mise en situation de « survie » permet de sortir de son cadre de référence professionnel. L'objectif est de mesurer la capacité des individus à produire un gain en travaillant ensemble.Le groupe observé est naufragé d'un bateau*, celui-ci va couler et 15 objets sont à la disposition des passagers. L'exercice se réalise en deux temps. Le premier temps est individuel. Chaque membre travaille seul et choisit un ordre de priorité pour chaque objet. Le second temps est collectif, en "mode projet", pendant lequel l'équipe doit se mettre d'accord sur un classement unique.La manière de collaborer ainsi que le résultat de la survie sont ensuite mesurés.

 

3.       Dans quels cadres cet exercice collectif peut-il être utilisé ? Avec quelles adaptations nécessaires ?

Cet exercice est très approprié pour des problématiques de cohésion d'équipe, de travail en mode projet. Il peut être également utilisé en recrutement dans le cadre d’un entretien collectif.Les adaptations sont plus des ajustements plus ou moins précis sur le niveau de débriefing et sur le niveau d'observation, en fonction de l'objectif poursuivi.

 

4.       Y’a-t-il des situations dans lesquelles il est déconseillé de faire usage de cet exercice ?

Je n'en connais pas. En revanche, il faut être conscient que plus la situation actuelle et réelle de l'équipe sera conflictuelle, plus le formateur animateur devra être aguerri au débriefing de l'exercice.

 

5.       Comment cet exercice peut-il être adapté à une formation commune au dialogue social, avec en présence, des partenaires sociaux ?

Le principe de l'exercice repose sur le fait de prendre une décision efficace, ce qui veut dire une décision de qualité et acceptée par tous les membres. Nous sommes donc bien sur une logique de négociation qui semble convenir complétement à une formation commune.

 

6.       Quel conseil ou quel commentaire pourriez-vous ajouter sur le concept de formations communes au dialogue social, en tant qu’expert coach et formateur ?

Plus un commentaire qu'un conseil : je trouve ces formations très pertinentes. Je rencontre encore dans mes interventions des "postures" syndicales ou patronales d'un autre temps. Chacun aurait intérêt à travailler conjointement pour le sens collectif. Ces formations communes sont un excellent moyen pour une prise de conscience partagée.

 

*plusieurs versions de cet exercice existent : crash dans un désert, au sommet d’une montagne inaccessible, dans une jungle, etc.

 

 

 

Retour à la liste