Linevia. Une démarche complète vers un dialogue social de qualité

23.08.2021

Après un séminaire entre entreprises du même secteur, des initiatives collectives et une formation commune portée par la direction et les représentants des salariés, Linevia a mis en place en interne des outils pour un dialogue social actif et une meilleure communication interne.

Linevia est une entreprise bretonne, membre de la FNTV, fédération nationale des transports de voyageurs. C’est le rapprochement, en 2016, de la FNTV et de la fédération syndicale CFDT spécialisée dans le transports qui a permis à la société, ses dirigeants et ses salariés de rénover le dialogue social en interne et d’aborder une nouvelle étape dans la vie de l’entreprise, qui se poursuit…

 

Une charte sociale partagée par les entreprises bretonnes du transport

Il a fallu des mois de sensibilisation et de négociation pour qu’une « charte sociale » soit signée début 2016 par la CFDT Transport Bretagne, la FNTV et la FNTR, fédérations du transport routier et de voyageurs, les institutions de protection sociale du secteur, la Région et la Direccte (aujourd’hui Drieets).

Ensuite, une autre étape a été franchie, en particulier sur le volet « dialogue social » de la charte : cinq séminaires de deux jours ont eu lieu, impliquant 70 personnes issues d’une vingtaine d’entreprises bretonnes volontaires.

Chaque session a réuni deux groupes composés l’un de représentants d’employeurs, l’autre des représentants de salariés des mêmes entreprises. Ils ont ensuite été réunis pour une formation commune, avec pour objectif de « faire sortir les participants de leur perception institutionnelle du dialogue social et de leur faire prendre conscience de l’importance du rôle de chacun », précise Jean-Claude Nédélec, consultant, formateur et chef d’orchestre du séminaire.

« Je suis un animateur ‘tire-bouchon’. Mon objectif est d’émanciper les acteurs de l’entreprise pour arriver à leur faire dire et résoudre les choses, mais toujours de manière sécurisée. C’est pour cela que je propose un « sas », pour chaque partie, la direction d’un côté, les salariés de l’autre, mettre à plat les avis et les représentations, côté direction et côté salariés, avant le temps où ils seront réunis pour construire un référentiel commun », explique Jean-Claude Nédélec.

 

Linevia un exemple de réussite de dialogue social

L’entreprise Linevia a été partie prenante de ce séminaire, en sortant avec de bonnes résolutions, immédiatement mises en œuvre, en particulier la constitution d’un comité de suivi du dialogue social, composé du directeur, de la DRH, référente dialogue social pour la direction, une déléguée syndicale et la référente dialogue social pour les salariés. Ce petit comité se réunit encore tous les trois mois environ pour échanger de manière informelle sur la situation interne de l’entreprise.


Ainsi, inspiré par cette première expérience collective, en 2018, le directeur de Linevia, en accord avec les représentants du personnel, a sollicité le binôme d’intervenants du séminaire inter-entreprises, Jean-Claude Nédélec et Simon Loiseau, pour venir dans l’entreprise former directement managers et élus du personnel à des relations plus constructives à travers une formation commune au dialogue social.

 

« Nous nous sommes rendus compte que la formation aux relations sociales était indispensable autant du côté des IRP que du côté des managers », Nadège Le Morlec, de la direction de l’entreprise Linevia.

« C’est exact, ajoute Nathalie Neubeker, déléguée syndicale. La formation commune complémentaire que nous avons suivie en interne dans l’entreprise nous a permis de mieux nous connaître, d’identifier les rôles et les contraintes de chacun. Nous avons tout mis à plat, sans conflit, en faisant abstraction des hiérarchies pour résoudre les petits soucis en amont avant qu’ils ne deviennent problématiques. »

 

Deux référentes et une charte dialogue social

Un travail collectif a ainsi été mis en place afin d’associer l’ensemble du personnel à cette première action vécue jusqu’alors par seulement quatre personnes de l’entreprise.

Une première session d’une journée s’est d’abord tenue avec les agents de maîtrise et les représentants des salariés ; une deuxième journée a réuni les représentants de la direction, pour ensuite les réunir tous les 20 sur une troisième journée de formation commune. L’objectif était de faire le point tous ensemble sous forme d’ateliers sur ce qui fonctionnait et ce qu’il fallait améliorer en termes de dialogue social dans l’entreprise.

A l’issue de cette session, des productions concrètes ont été mises en place :

- la nomination de deux référentes du dialogue social dans l’entreprise, l’une représentant la direction, l’autre les salariés ;

- la rédaction d’une charte du dialogue social de l’entreprise, désormais affichée dans l’entrée de l’entreprise et présentée à tout nouvel arrivant

- la création d’espaces de discussion interne afin que « les choses soient dites » pour mieux les anticiper.

 

L’enthousiasme et la dynamique qu’a créés cette session innovante ont été tels qu’à l’issue, il a été conclu qu’une « piqûre de rappel » serait programmée tous les deux ans avec les formateurs, c’est-à-dire une journée de formation commune renouvelée, afin de faire le point régulièrement et surtout  collectivement sur la situation des relations et du dialogue internes. Une entreprise à suivre…

 

Retour à la liste